La vie d’alpiniste : une année dans la peau d’Antoine Rolle

antoine-rolle-alpiniste

Jeune Aspirant-Guide niçois et ambassadeur Masherbrum, Antoine Rolle dédie sa vie à son terrain de jeu favori : la verticalité. Entre expéditions dans les pays lointains et réalisations en escalade dans les Alpes, son quotidien est marqué par la recherche de l’aventure et du défi technique. Mais à quoi peut bien ressembler une année de la vie d’un alpiniste ? Voici la réponse !

Masherbrum, j’entends un petit accent du sud dans ce nom. Entre nous, c’est clairement une histoire de coeur et c’est une chance qu’ils me soutiennent. Mais à quoi ? Principalement à transmettre des valeurs qui nous sont chères. Le partage, la découverte, le voyage, la beauté d’un geste, l’humour, et la simplicité avec laquelle on réalise le tout. La montagne est alors un terrain de choix pour y accomplir ses rêves.

Voici un résumé de cette année haute en couleur, dans la joie et la douleur, à travers des aventures lointaines ou proches de la maison.

escalade peillon climbing nice
Escalade au crépuscule sur les falaises des Alpes-Maritimes. ©Marie-Doha TRUCHOT-VANNIER

Janvier 2017 : L’année commence avec un stage de préparation au CRET de Briancon (centre de formation des métiers de la montagne) pour l’examen probatoire de ski du diplôme de Guide de Haute-Montagne. L’épreuve de ski du probatoire élimine en effet la plupart des candidats : elle demande une préparation minutieuse. Antoine réalise ensuite la cascade éphémère de « Chabanals » dans les Alpes Maritimes, une cascade en grade VI, une des plus techniques des Alpes du Sud. A Annecy, Antoine présente en avant-première le film « Verticale Boréale » à Annecy, relatant l’expédition au Groenland effectuée l’année passée en compagnie de l’alpiniste Christophe Dumarest.

cascade glace chabanals
Cascade de Chabanals dans le Vallon de Demandols. ©Thomas AUVARO

Février 2017 : Antoine passe toujours beaucoup de temps sur les skis pour préparer l’examen probatoire, mais ne délaisse pas pour autant la falaise avec la réalisation de la voie « Prise d’air » (8b) à Gréolières (Alpes-Maritimes). Les présentations du film « Verticale Boréale » se poursuivent à Marseille puis à Nice. Dans la revue Montagnes Magazine, il publie un dossier sur l’initiation et le perfectionnement à la cascade de glace.

ski rando cime agnel mercantour
Ski de rando à la Cime Agnel (Mercantour). ©Florent ADAMO

Mars 2017 : C’est l’heure tant attendue ! Bien préparé, Antoine réussit l’examen probatoire d’hiver du diplôme de Guide de haute montagne. Et pour se reposer, quelques vacances au Costa Rica bien méritées !

costa rica trekking rando volcan chato
Randonnée au Volcan Chato (Costa Rica). ©Marie-Doha TRUCHOT-VANNIER

Avril 2017 : Antoine repart avec le guide et alpiniste Christophe Dumarest, cette fois en direction du massif de Dedegöl en Turquie. Là-bas, ils réalisent plusieurs grandes voies dont « Suliman le magnifique » (8a, 320m). Puis, sur les falaises de Geyik bayiri et Çitdibi, Antoine réalise de nombreux 7c à vue. Le film de cette expédition turque est en cours de réalisation par le photographe Ulysse Lefebvre. De retour en France, Antoine réalise « Hilti base jump » (8a+) à Saint Cézaire (Alpes-Maritimes). Dans Montagnes Magazine, il publie un article sur le raid à ski dans le massif de l’Oberland, en Suisse.

escalade dedegol climbing turquie
Ambiance garantie dans la septième longueur de « Suliman le magnifique » à la Tour Rouge des parois de Dedegöl (Turquie). ©Ulysse LEFEBVRE

Mai 2017 : Retour au CRET de Briançon pour cette fois préparer les multiples épreuves du probatoire estival du diplôme de Guide de haute montagne. Lors d’un passage dans les gorges du Verdon il réalise « Ayahuasca », un 7c de 300m à vue ainsi que « Ceci n’est pas une pipe », un 8a de 200m. Puis il coche « La taille ça compte » (8b), à nouveau à Saint-Cézaire.

escalade saint cézaire falaise discret
Réalisation de « La taille ça compte », gros 8b sur la falaise du Discret à Saint Cézaire. ©Marie-Doha TRUCHOT-VANNIER

Juin 2017 : Les stages de formation se poursuivent à Briancon, avec de l’alpinisme classique dans le massif des Ecrins. A Annot (Alpes-de-Haute-Provence), Antoine renoue avec l’escalade sur coinceurs, en y réalisant des voies jusqu’à 7c à vue.

escalade annot trad climbing pure finger crack
Escalade trad en fissure à Annot dans « Pure finger ». ©Victor SAUCEDE

Juillet 2017 : Date fatidique pour Antoine et son ambition de devenir Guide. Les épreuves de l’examen probatoire s’enchainent (escalade sur rocher, sur glace, course d’orientation, parcours de blocs, cramponnage, semaine d’évaluation en montagne…), et Antoine les valide une à une pour obtenir enfin le précieux sésame ! Il intègre le cursus d’Aspirant-Guide à l’Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme (ENSA). De retour chez lui dans les Alpes-Maritimes, il réalise quelques voies d’alpinisme dans le Mercantour ainsi que plusieurs 8a sur les falaises locales.

ensa aspirant guide probatoire
Antoine réussit l’examen probatoire du diplôme de Guide de Haute Montagne.

Août 2017 : Antoine part en expédition dans l’Himalaya indien (Miyar Valley), en compagnie d’autres alpinistes niçois. Leur objectif ? Ouvrir des grandes voies granitiques sur des sommets sauvages et reculés. Malheureusement Antoine est cloué au camp de base par une forte fièvre et ne peut grimper pendant presque deux semaines. Moments durs et moments de doute. Il récupère peu à peu de sa maladie, juste à temps pour ouvrir trois grandes voies, « Positives vibes » (7a, 300m) et « Waiting for whisky » (7a, 300m) au Toro Peak (4800m) et « Crystal pitches » (7a, 200m) au Goya Peak (5160m). Cela sauve le voyage ! Le film de cette expédition sortira prochainement.

miyar valley goya peak climbing
Florence pendant l’ouverture de « Crystal pitches » au Goya Peak (5160m) lors de notre expédition dans la Miyar Valley (Inde) ©Antoine ROLLE.

Septembre 2017 : C’est la rentrée pour tout le monde, et Antoine retourne à « l’école » pour un stage d’un mois à l’ENSA, à l’issue duquel il valide le premier niveau d’Aspirant-Guide, malgré une fois de plus quinze jours de maladie. A Genève, il présente le film « Verticale Boréale », suivi d’une conférence.

ensa aspirant guide antoine rolle
Formation de l’Aspi 1 à l’Ecole National du Ski et de l’Alpinisme. ©Antoine ROLLE

Octobre 2017 : Automne tranquille et reposant, marqué néanmoins par la réalisation de « Parfum d’Espagne » (7a, 250m) à la Paroi Dérobée d’Aiglun (Alpes-Maritimes).

aiglun escalade parfum d'espagne paroi dérobée
Escalade raide et engagée dans la voie « Parfum d’Espagne » à la paroi dérobée d’Aiglun. ©Antoine ROLLE

Novembre/Décembre 2017 : Antoine se remet sérieusement à l’escalade avec l’ascension de trois 8a et trois 7c+ à vue. Il embarque ensuite à nouveau pour un stage d’un mois à l’ENSA. La présentation de film l’emmène cette fois au Festival du Film d’Aventure de La Rochelle puis au Festival de Montagne de Saint Paul de Vence.

Festival de Montagne de Saint-Paul-de-Vence.
Conférence et présentation du film « Verticale Boréale » au Festival de Montagne de Saint-Paul-de-Vence. ©Florent ADAMO

 

« Relais ! »

On continue en 2018 !

Une année se termine, mais une nouvelle débute avec autant de projets et de rêves. Se perdre dans nos massifs, finir la formation d’aspirant guide, repartir en expédition ou profiter du soleil sur les falaises du sud de la France, tels sont des objectifs en accord avec ma philosophie et ma pratique.

Une fois de plus, merci à Masherbrum de me soutenir et sans quoi une telle année possible serait impossible.

Quels projets pour 2018 ?

Outre la formation de Guide de Haute-Montagne qui va occuper plusieurs mois de l’année, Antoine a deux projets d’ampleur.

Du 4 au 10 février, si les conditions le permettent et les cascades formées, il partira avec Nicolas Beauquis, guide et secouriste à Annecy, en Norvège dans la vallée de Gudvangen avec pour objectif des cascades rares de plus de 1000m. Ensemble ils sont déjà allés en Norvège et ont réalisé en France de belles cascades telles que la Massue (premier grade 7 de l’histoire).

Sur les immenses parois de Gudvangen, la glace se forme sur plus de mille mètres sans interruption. Un rêve pour Nicolas et moi.

Puis, du 20 mars au 21 avril, Antoine partira en expédition en Alaska dans le massif des Révélation Mountains avec trois autres alpinistes de haut-niveau. En ligne de mire : plusieurs sommets vierges via des faces techniques en escalade mixte.

Les Revelation Mountains n’ont connu que peu d’ascensions en comparaison avec son géant voisin du Dénali. L’exploration et l’isolement d’un tel massif constitue une expédition à la fois sérieuse et prometteuse.

Revelation mountains, Alaska