Peak District, voyage au temple de la grimpe british

peak district escalade bloc bouldering stanage plantation

On aurait tort de résumer l’Angleterre à ses cottages et ses villes ouvrières. Au coeur de la campagne british se niche un site d’escalade de renommée mondiale, avec sa communauté de grimpeurs passionnés. Escapade outre-Manche en compagnie de notre ambassadeur Antoine.

Situé entre Manchester et Sheffield, le Peak District fut la première zone naturelle protégée du Royaume-Uni, pour le biotope de ses moorlands (landes pelées) et sa géologie particulière. Ce dernier point en a fait un haut lieu de l’escalade anglo-saxonne, avec ses falaises calcaires mais surtout ses stupéfiantes formations de gritstone (le grit’ pour les intimes), un type de grès très adhérent ayant fortement contribué à la renommée de cet endroit parmi les grimpeurs de bloc et de trad.

Le fameux gritstone, une roche granuleuse très adhérente – ©Florent Adamo

Sur les secteurs de gritstone règne la plus pure éthique british. Ici pas de spits à foison ni de prises taillées. C’est soit du bloc pur et dur – y compris quelques highballs de plus de 6 mètres – soit de la grimpe sur coinceurs. Et lorsque le rocher ne se prête pas à la pose de coinceurs, alors il faut accepter “d’engager la viande”, c’est-à-dire de grimper plusieurs mètres sans protection, ou alors avec des protections très précaires. Cet engagement psychologique, assez éloigné du sur-équipement de certains sites européens, a contribué au mythe du Peak District.

Secteur de Stanage Plantation. Antoine porte le t-shirt Ultrasoft Mont Blanc – ©Florent Adamo

D’ailleurs ici les cotations de voie ne s’expriment pas par leur simple degré de difficulté technique, elles chiffrent également le degré d’exposition, c’est-à-dire de danger en cas de chute. Ce degré s’exprime sur une échelle allant de “Easy” à “Extremely Severe”, cette dernière cotation allant elle-même de E1 à E11. Avec pour tout ce qui dépasse E8 des conséquences possiblement très graves si chute du grimpeur. A noter que les grimpeurs du coin travaillent généralement leurs voies dures en moulinette avant d’en tenter l’ascension de façon “propre”. Quoiqu’il en soit, nul doute que le Peak District représente une formidable école de l’engagement et du self-control, en témoignent les grands noms de la grimpe ayant fait leurs armes dans le secteur.

Antoine en découd “Not to be taken away” – ©Florent Adamo

Parmi les différents sites de bloc de Peak District, Stanage Plantation est celui qui offre une des plus grandes variétés avec de très belles lignes comme la photogénique “Not to be taken away”, un bloc 6C de 6 mètres de haut. Les amateurs de grimpe calcaire quant à eux trouveront de quoi s’user les doigts à la célèbre falaise de Raven Tor, qui a vu passer quelques pointures comme Steve McClure, Antoine Le Ménestrel ou encore Adam Ondra. Par contre une bonne condition physique est requise : les voies s’échelonnent du 7b au 9a+… Pas forcément pour un lendemain de tournée des pubs à Sheffield !

Fin de journée sur le gritstone – ©Florent Adamo

En un mot le Peak District c’est un dépaysement garanti pas loin de la France, au coeur d’une pittoresque nature anglaise, et avec un rocher de qualité exceptionnelle. Il faudra seulement composer avec la météo locale, mais – preuve en est sur les photos – vous pouvez aussi avoir la chance de plusieurs jours de grand soleil !