loader image
La goulotte Berhault au Pelvoux (3943m), récit d’ascension

En février 2024, Boris et Isaia ont gravi la goulotte Berhault au Pelvoux (3943m). Un hameau fantôme au coeur de l’hiver, une voie d’alpinisme sur un sommet mythique des Ecrins : découvrez l’histoire d’une longue journée d’aventure en haute-montagne.

 

On se demande un instant ce qu’on fait là, à 3h10 du matin, au bout de la route du village de Pelvoux. Une heure où habituellement seuls les animaux et les fêtards sont dehors. Et ici, il y a plus des premiers que des derniers.

Les animaux ce sont aussi nous, primates fragiles perdus sur de grandes montagnes. Avec pour seul compagnie le crissement de nos skis, nous remontons le mince ruban de neige recouvrant la route, qui va en s’épaississant au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude. Pas âme qui vive dans le village d’Ailefroide, hameau fantôme au coeur de l’hiver.

pelvoux ailefroide neve pelissier glacier des violettes

Premiers rayons sur la moraine du névé Pélissier – ©Boris Pivaudran

Arrivés au pied de l’énorme masse du Pelvoux, nous quittons les traces pour nous engouffrer dans un couloir de neige. Avec la nuit sans lune, et le regard fixé sur chaque marche creusée dans la neige, nous manquons un embranchement et nous égarons. Après une traversée descendante dans laquelle nous brassons énormément de neige fraîche, nous prenons pied sur une large banquette où subsistent encore quelques mélèzes.

La trace est harassante : la croûte casse à chaque pas et nous nous enfonçons profondément. Certains passages imposent de déchausser les skis. Notre journée, relativement ambitieuse, nous impose de garder un oeil sur la montre. Le retard s’accumule et nous commençons à avoir des doutes. L’orgueil nous commande néanmoins de nous acharner un petit peu, au moins jusqu’au lever du jour.

trois dents du pelvoux goulotte berhault marie pascale

La face Est des Trois Dents du Pelvoux, où se déroule l’ascension – ©Boris Pivaudran

Le soleil est déjà bien haut lorsque nous finissons de remonter la grande moraine du Névé Pélissier, et que nous arrivons au pied de la voie proprement dire. Il est 9h15 et nous choisissons quand même de nous lancer dans la voie. Notre supposée marge technique devrait nous permettre de gagner du temps dans les parties grimpantes.

L’attaque que nous choisissons commence par deux longueurs en placages de neige (80°), bien formées mais peu protégeables, suivies de deux petites cascades : une courte légèrement déversante (5), en glace aérée, et une facile (3+) en bonne glace. Nous enchaînons cette première moitié de voie corde tendue.

mont pelvoux goulotte berhault

Dans les premières longueurs en placages de neige – ©Boris Pivaudran

S’en suit une grosse session de brassage pour rejoindre la goulotte encaissée, la fameuse goulotte Berhault, gravie la première fois à l’été 1978 par Patrick Berhault et Pierre Brizzi. La première longueur consiste en 20m de mauvaise neige verticale, normalement en glace, assez délicate ce jour. Nous n’avons pas la possibilité de mettre la moindre protection dans cette neige inconsistante entourée de rocher compact. La suite est plus facile jusqu’à une belle longueur mixte de sortie (35m) qui finit sur une petite cascade en glace sorbet.

goulotte berhault trois dents du pelvoux

Dernière longueur de mixte, négociée par Isaia – ©Boris Pivaudran

Mais nous ne sommes pas encore en haut : il nous reste encore une heure de brassage physique dans les pentes sommitales pour prendre pied sur le glacier du Pelvoux, ces mêmes pentes qui auront emporté les deux premiers ascensionnistes, miraculeusement sortis indemnes d’un dévissage de 800 mètres. Une des histoires incroyables du massif des Ecrins…

Sortis des difficultés, nous rechaussons nos skis de rando pour aller voir l’entrée du couloir Tuckett, afin de compléter la journée par une belle descente. Malheureusement celui-ci est en neige béton. Nous choisissons donc de redescendre par le couloir Coolidge, bien connu des alpinistes estivaux. Son état passablement croûté nous offre un ski de piètre qualité, mais nous fait passer sur le glacier de Sialouze, au pied de la belle aiguille du même nom. Nous nous laissons ensuite glisser jusqu’aux abords sur refuge du Pelvoux, et plongeons vers le fond du vallon du Sélé, sur des pentes en neige transformée relativement agréable. Nous retrouvons la route hivernale et vers 17h30, la civilisation.

refuge pelvoux couloir coolidge ski de rando

C’est plus rapide dans ce sens là ! – ©Boris Pivaudran

Ce fut au final une belle journée de crapahut montagnard, avec plus de 2900 mètres de dénivelé au compteur, fidèlement accompagnée des vêtements techniques PROCLIMB. L’aventure sauvage et le dépaysement sans aller à l’autre bout du monde !

vêtements techniques Masherbrum montagne

Matériel utilisé pour notre ascension – ©Boris Pivaudran

Dans cet article :

  • -13%

    PROCLIMB² MANCHES LONGUES BASALT H

    59,90
    10 avis
  • veste polaire recyclée stretch montagne hommepolaire homme capuche ski rando alpinisme

    ACTIVE JACKET PROCLIMB³ H

    149,90
    3 avis
  • t-shirt montagne ecrins sommets

    T-SHIRT ULTRASOFT² ECRINS CAMEL H

    45
    1 avis
  • legging homme collant technique running skilegging homme poches telephone running

    LEGGING PROCLIMB³ BIONNASSAY H

    79,90